Libres et Heureux

Temps de lecture : 3 min / Mis à jour : 9 Mars 2019 / 333 mots

Un article que j’écris petit à petit, au fil du temps, au gré de l’intégration de mon expérience.

Sans doute le sujet le plus beau et profond que je puisse aborder en ce qui concerne l’autonomie.

Free Relation

Pré En Bulle

Je suis heureux… même en ayant un sommeil anarchique ; même en ne mangeant pas équilibré ; même sans être totalement congruent ; même en continuant de répéter certains schémas comportementaux de l’enfance ; même en ressentant parfois frustration, culpabilité et regrets…

Je suis heureux… car de plus en plus amoureux 2 et d’ailes, d’eux et d’elles.
Heureux d’être conscient de cette barrière s’estompant entre le dedans et le dehors.
Heureux d’avoir moins peur, plus confiance de montrer mes faiblesses, mon côté atypique, candide et vulnérable… de voir, d’accepter voire d’apprécier ces facettes chez l’autre.

Rien ne sert de porter un beau masque social, il suffit de s’écouter… juste un peu.

Les rêv’utop’idéaux sont les 1ers pas créant des réalités.

Être heureux m’apparaît, en cet instant, tenir au rapprochement, à la fusion de ce qui est imaginé-passé-futur… avec le réel-présent.

Être en relation

J’aime la lenteur et la pudeur dans la construction d’une relation.

Parfois la lenteur me déstabilise, car elle peut laisser la place aux pensées conditionnées.
Pourtant, quand j’arrive à transformer ces moments de doutes, une libre et légère sensation s’installe.
Du contrôle au lâcher prise, au savoir perdre le contrôle.

De la Possession à la Compersion

“Je ne veux plus être jaloux, mais heureux de voir la personne que j’aime être heureuse avec une autre personne”

Pourtant il y a tellement de concepts à développer davantage :
– Jalousie / Possession : Qu’est-ce qu’il y a derrière ces mots ? Quels ressentis / émotions viennent-ils engendrer ?
– Être amoureux : Qu’est-ce que ça signifie ? Y a t’il une différence entre relation amoureuse / amicale / familiale / … ?
– Compersion : Est-ce que ce sentiment (être heureux de voir une personne aimée aimer une autre personne) peut être naturel / immuable / inné / acquis ?

anarchie relationnelle

Je rêvais d’un grand château où je pourrais enfermer tout ce que j’aime dans cent mille tours. Il me fait un clin d’œil.

Mais ces choses ne survivent pas à la captivité. J’aurai appris la leçon pour la prochaine vie. Maintenant, excuse-moi, mais je dois continuer ma course contre le temps.

Extrait du livre d’une âmie…

L’Être à Soi

Ma plus grande peur est d’être pleinement vivant.

De cette peur naît la déconnexion, encore et encore.

Heureusement et Naturellement, l’envie… confondue avec le besoin, me ramène à la connexion… Connexion à l’Autre, à Moi, au Monde.

Je me déconnecte, entre dans la misanthropie et la paranoïa mondaine, lorsque je n’ai pas réussi à associer ce que je vis à l’intérieur et ce qui se passe à l’extérieur.

L’extérieur peut être un regard, une intention, un vieil ami, une nouvelle amie, un parent, une mère, une sœur, un père, un-e inconnu-e, un ersatz… il n’y a que le temps qui change la forme de cet extérieur…

L’intérieur, lui, est constitué de tout son vécu, l’interprétation du monde qu’il aura bien voulu, plus ou moins avec conscience, assembler pour se créer sa vision du monde.

Ma vision du monde, je la remets en question, pas assez parfois, trop souvent d’autres fois.

De là naissent en moi quelques contradictions, dichotomies, incongruence… je m’en accommode avec le temps, grâce au temps, au présent, à ce précieux instant.

Je ferai tout mon possible pour ne jamais m’accommoder de l’ingratitude et de la méfiance jaillissantes de je-ne-sais-où envers ces êtres qui jalonnent mon existence…

Je ferai tout ce que est possible pour chérir, rester humble, à l’écoute de ce qui vit en ces autres qui m’ont construits, autant par le toucher, la parole, le regard, l’amour, le sourire, … l’ÂmOur donc 🙂

… Être pleinement vivant, ce n’est pas brûler la chandelle par l’apport massif de divertissements pascaliens ou de stimulations sensorielles via certains produits… et encore l’issue pourrait être heureuse : je pense que tant que les limites des ressources du corps ne sont pas franchies ça peut bien se passer, par contre s’il y a excès en fréquence et/ou en concentration, la compréhension et l’aptitude à interagir avec les choses de la vie (=non peur =confiance =expression de la vie) pourraient être amoindries, dans le temps ou en capacité.

… Être pleinement vivant, ça serait exprimer, sortir de l’intérieur, le rendre visible, tout ce qui aurait comme intention de donner encore plus de vie… de recevoir plus de vie… Plus de vie voulant dire peindre une fresque comm-une, chaque être s’exprimant sur le tableau de notre maison commune.

… Au delà de ces mots pompeux, ce que je fais maintenant pour être pleinement présent et vivant est d’écrire cet enchaînement de lettres agencées pour former des mots puis des phrases servant à représenter mes pensées et ressentis dans le but d’être lus et apporter plus de compréhension à moi-même, à d’autres moi, en facilitant l’intégration d’un «nouvel» état serein et confiant… Avec la conscience que chaque être est capable d’exprimer ceci, et que tout ceci fait partie d’un cycle en perpétuel mouvement.



Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.