La Fourmilière et l’Homme

Un homme, d’une fierté inébranlable,
S’assit, sans égard, sur un dôme de sable ;
Il s’agissait d’une simple fourmilière.
Plusieurs fourmis s’avancèrent,
Le prièrent de s’en aller
Car sur leur demeure il était.
L’homme hautain, répondit qu’il n’en ferait rien.
Les fourmis le menacèrent ; fi, mais en vain.
D’un seul pas, de l’aide elles allèrent chercher.
L’homme, serein, les regardait partir au loin ;
Puis soudain, il vit des insectes par milliers,
Et il détala comme un moins que rien.
Sans nul doute l’Homme apparait comme fort,
Une qualité qui apporte bien des torts.
Pourtant rien est de plus puissant et de plus pur
Que la connivence de la Nature.

Écrit début 2004

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *