La Fièvre Y Est, avec 2000 Idées Neuves…

Temps de lecture : 3 min / Mis à jour : 1 Mars 2019 / 487 mots

Solid’ères !

Et si l’acte le plus révolutionnaire de notre temps était d’être solidaire.

Imaginez que je me réclame du vivant, et qu’en tant que tel je considère que tout être vivant, humain, devrait être libre de choisir ce qu’il lui semble bon de faire dans son intérêt, celui de son entourage et de son environnement…

Alors si je vois un de ces êtres en souffrance, en travail, en servitude volontaire, je ne pourrais que le soulager… mais pas que, non seulement je lui viendrai en aide et ferais sa besogne gracieusement, et en plus je le ferais avec l’intention que plus personne n’ait à travailler péniblement sous la contrainte de l’argent dette… tout ce qui fait fonctionner notre confortable société serait dépourvu de carottes et de bâtons.

Je vois un être humain trimer à casser du goudron : je lui prends sa pioche et lui dis de se reposer… puis repars contempler le monde, and so on…

Pour que nous nous réapproprions nos vies, individuelles et collectives 🙂

Une autre version du passé, un documentaire intéressant, un peu trop porté sur le lugubre je trouve parfois, et en même temps il est dans l’air du temps

Repenser ses besoins

Il paraît nécessaire de repenser nos besoins avant de changer de fonctionnement : qu’est-ce qui est vraiment nécessaire et superflu ?

Est-ce qu’un milliardaire pourrait consommer comme un habitant de bidonville ?

Est-ce qu’un écolo rsaïste désinhiberait sa consommation s’il devenait millionnaire ?

Est-ce que se définir par la quantité d’argent possédé est l’essence de notre société ?

Est-ce que je dois acheter telle chose si elle est à la portée de ma bourse sans me questionner sur sa réelle utilité dans mon quotidien ?

“Un homme libre peut tout faire, mais ne doit pas tout faire”Cornelius Castoriadis

Free Human Stone

et du coup si toute une civilisation joue le jeu de la consommation débridée, tu auras la joie de te balader en t-shirt autour de Nîmes regardant les amandiers en fleurs butinées par les abeilles un vendredi 15 février 2019…

fleurs

Il paraît qu’il y a une phase d’exploration vers la vingtaine… où l’on veut croquer le monde… on prend l’avion qui fera le lien entre nos rêves de grandeurs et la réalité touristiques. La Vie On Kiffe !

Cette période laisse place à celle de la construction, stabilisation, concrétisation vers 30ans… il paraît hein ?! Enfin pour moi et quelques-uns de mes ami-e-s c’est le cas.

On met à plat ses idéaux via nos expériences et on se rend compte que nous ne sommes pas omnipotent, omniscient, omniprésent ; alors on est plus humble et nos besoins sont réajustés… sauf si nous n’avons pas eu la “chance” d’enlever les œillères du monde para-normal.

Si j’arrive à comprendre que je vis en interdépendance avec les autre, l’environnement, la vie, le cosmos, moi, alors je suis adulte : dixit Edgar Morin, presque 1 siècle d’expérience, philosophie et résistance… ça vaut ce que ça vaut

animots

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.