Fabriquer son propre habitat : Pourquoi ? Comment ?

Pourquoi fabriquer son habitat ?

Déjà pour se protéger du vent, de la pluie, du froid ou du chaud, des éventuels êtres vivants nuisibles… Si on est perdu dans la forêt c’est un des 1ers besoins au même titre que celui de trouver de l’eau, à manger, de faire du feu.

Mais bien sûr pas besoin de se perdre en forêt pour ne pas être en sécurité sans un abri, dans nos villes c’est c’est la même chose…

Pour les gens qui veulent s’extraire de la ville pour aller à la campagne, et qui ne veulent pas avoir un crédit à rembourser pendant 20ans, fabriquer leur habitat s’avère très utile.

Je crois que fabriquer son propre habitat est une des choses les plus gratifiante, et partager ce savoir-faire d’autant plus.

Et si un enfant arrive à participer à sa construction et y prend du plaisir, je pense que ça vaut toutes les raisons du monde.

enfant flex yourte

La jeune Anna participe à l’atelier pendant la Fira Alternativa en Espagne

Comment ?

Le fabriquer avec du béton, des parpaings et de l’isolant synthétique est, à mon sens, une hérésie écologique… ce sont des matériaux tellement polluants lors de leur fabrication.
Pour certaines personnes cela ne posera pas de soucis.

D’autres, préférerons fabriquer avec des matériaux naturels renouvelables et/ou réutilisés / recyclés / récupérés.
Notre société gaspille tellement de produits qu’elle considère comme un déchet, alors que la majorité peut être revalorisé, ces déchets sont une ressource énorme et souvent gratuite.
Ce n’est pas honteux de “faire les poubelles”, c’est un acte écologique et révolutionnaire.

Quoi ?

Quel habitat construire ? Absolument tout ce qui peut être fait avec des matériaux naturels renouvelables et réutilisés (dans la mesure où celui-ci ne polluera pas votre intérieur pendant des années avec l’émission de particules fines…).

Selon vos besoins vous allez privilégier tel ou tel habitat.

Pour moi qui vit dans une région où il ne pleut pas souvent, et où il fait plutôt chaud, qui aime bien bouger, et ne pas trop faire d’effort 😉 la flexyourte est idéale, car elle est facile et rapide à fabriquer, et peut être repliée et transportée dans une simple voiture, voire même sur un vélo selon la taille de la flex.

flexyourte sur un vélo dans le train

Structure d’une mini flex sur un vélo dans le train

C’est l’habitat que je sais le mieux faire, et qui répond à mes exigences écologiques.

Les matériaux utilisés sont :
– du bambou (pour la structure), plante avec un rapport légèreté / résistance inégalable, qui prolifère rapidement.
Pour certaines personnes peut être invasive dans leur jardin et qui sont contentes qu’on vienne leur en couper !
– des bâches publicitaires (pour l’imperméabilisation), une ressource gigantesque que notre société marchande produit à foison.
Une entreprise qui imprime ces bâches et les récupère une fois la campagne publicitaire finie peut me fournir gratuitement et avec le sourire des centaines voire des milliers de ces bâches chaque année !
– des couvertures (pour l’isolation), une ressource assez facile à trouver à petits prix dans les boutiques solidaires.
– de la ficelle (pour lier les bambous), facile à trouver.
Perso j’utilise de la ficelle à ballot de paille.
– des chambres à air (pour la jonction mur+toit), demandez ou allez voir les poubelles des magasins de sports et vélos.

Création d'un éco-lieu

Les outils utilisés :
– une perceuse/visseuse sans fil avec mèche à bois, outil facile à trouver… pour les puristes et patients une chignole fait aussi bien l’affaire.
– une scie à bois manuelle à petites dents
– du fil de fer souple ou de cuivre.

La 1ère flexyourte que j’ai réalisé avec des ami-e-s était en décembre 2016 pour la Roulotte Fai Da Te, une caravane écologique et sociale visant à promouvoir les low-techs de base en Italie, aux sinistrés des séismes.

Depuis j’ai continué d’en faire sous forme d’ateliers participatifs, il y a tant de gens qui sont attirés par cet habitat que ça pourrait facilement devenir un métier pour qui voudrait.

Tipi, cabane, kerterre, … sont pour moi du même acabit, tout aussi intéressants et gratifiants à fabriquer.

Voilà, savoir et savoir-fabriquer son propre habitat (lorsqu’on en a pas ou qu’on veut en changer) est pour moi satisfaisant, révolutionnaire et tellement plein de sens.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.