Pour vous qui êtes Attiré par le Végétarisme !

(dans cet article sous le terme «viande» j’inclus tous les animaux, poissons et mollusques : )

Dans une démarche tournée vers plus d’autonomie, le sujet de l’alimentation vient forcément à un moment donné, et celui du régime végétarien suit de très près.

«Toute la philosophie antique était orientée sur la simplicité de la vie et enseignait une certaine sobriété. De ce point de vue, le peu de végétariens par philosophie ont fait plus pour l’humanité que tous les philosophes modernes et tant qu’ils n’auront pas le courage de chercher un mode de vie totalement différent et de l’indiquer comme exemple, ils ne porteront aucun fruit.» Friedrich Nietzsche

Mais ce n’est pas toujours évident, principalement à cause de l’habitude culturelle, du «jugement» des autres et des traditionnelles interrogations (plus ou moins existentielles) sur le bien-fondé d’un régime végétarien chez l’être humain. Toutes ces questions seront abordées dans cet article, avec en conclusion des infos utiles pour se lancer dans l’aventure veggie.

Cela peut être compliqué au début de se passer de viande, surtout lorsqu’on ne connaît pas de végétarien-ne dans son cercle social.
J’en ai fait l’expérience. Il m’a fallu plusieurs années avant de passer de «je veux être végétarien» à «je suis végétarien, sans problème !».
J’assimile ce processus à celui d’arrêter de fumer, certain-e-s y arrivent plus facilement que d’autres, selon des motivations et volontés différentes.

Et c’est pour les personnes qui veulent s’orienter vers ce régime que je vais détailler le processus par lequel je suis passé.

Le but ici étant de décomplexer les futurs végétarien-ne-s, d’ouvrir le dialogue entre les omnivores que nous sommes, sans faire l’apologie des «herbivores» ni blâmer les «viandards» : ) et de passer ses convictions sous la lumière de sa propre conscience Woo ! Ça promet !

L’Habitude Culturelle :

Même si les végétariens sont de plus en plus nombreux, ils restent largement minoritaires : 3% en France d’après wikipedia… ce qui s’explique par la culture culinaire française.
La gastronomie française ça reste traditionnellement de la viande cuisinée accompagnée de ses légumes… Et on a coutume de manger de la viande midi et soir depuis l’enfance, en nous répétant qu’il en faut pour avoir une alimentation équilibrée, avec suffisamment de protéines (d’origine animal donc) pour être en bonne santé.

Mais ceci ne justifie rien et ne doit pas être un obstacle si vous avez envie de changer de régime alimentaire. Ce n’est pas parce que la grande majorité des personnes autour de vous fait telle chose et depuis plusieurs générations que vous devez faire la même.

Objectivement, tout le monde devrait se sentir libre de manger ce qu’il veut sans se soucier d’être montré du doigt, normal en somme.

Du coup la question qui prime avant tout, et qui est la plus importante pour vous est pourquoi devenir végétarien ?

Y répondre sincèrement, sans se comparer aux autres, vous fera sentir plus confiant-e et vous permettra d’assumer pleinement votre choix.

Les causes peuvent être très variées :
– Pour l’écologie ! «Il faut en moyenne 10 kg de céréales pour produire 1kg de viande, et puis le méthane que ça dégage une vache !»
– Parce c’est la nouvelle mode ! «Paraît que c’est tendance chez les stars d’Hollywood !»
– Pour faire comme certains grands personnages et célébrités ! «David Bowie, Nikola Tesla, Pamela Anderson, Mahatma Gandhi…»
– Pour être en meilleur santé ! «Ça réduirait les risques de certains types de cancer»
– Par éthique et empathie envers les animaux ! «J’ai vu ses yeux, je ne pourrai jamais le zigouiller de mes propres mains !»
– Pour faire des économies ! «Y’a qu’à voir le prix de la viande !»
Un mix de tout ça !

Quelque soit la raison, c’est la vôtre, et elle est bonne 😉 Chacun-e voit midi à sa… table.

Une autre question qui accompagne souvent un «végétarien en herbe» est : l’être humain est-il de par sa nature un mangeur de viande ?
Végéta-rien par nature ?!
En ce qui concerne le régime alimentaire «naturel» de l’être humain (et du Super Saiyan… vous voyez le rapport ?), on trouve de tout sur le net :
– Les homos sapiens sont devenus ce qu’ils sont en mangeant de la viande, ça leur a permis d’avoir un cerveau plus développé.
– Le fait que l’humain ait des canines prouve qu’il est aussi carnivore.
– Les gorilles aussi ont des canines et pourtant mangent essentiellement des végétaux, et ils sont balaises de surcroît.
– Le tube digestif de l’humain est similaire à celui des herbivores.
– Dans les pays chauds on peut se permettre de se passer de viande, comme en Inde, mais pas dans les pays froids où la neige ne permet pas de cultiver des légumes et la graisse animal permet de supporter -30°C.

– Seul la viande apporte de la vitamine B12, ce qui la rend indispensable !

Ce n’est qu’un échantillon, je ne mets pas les sources mais en faisant des recherches sur le sujet vous trouverez assez vite ces allégations, qui sont discréditées sur un site et confirmées sur un autre… Bref, il y a de quoi devenir dingue, on ne s’en sort pas.

Je suis passé par toutes ces interrogations, en réfléchissant à la nourriture qui serait la plus naturelle si je redevenais un homme «sauvage dans son habitat originel»… et je dois dire que je n’ai pas trouvé de réponses claires à tout ça. J’en suis juste arrivé à la conclusion que l’être humain est d’une adaptabilité à toute épreuve (cf. les microbiotes…).
Il me semble que chercher LA vérité sur «quoi manger» est légitime mais illusoire.

Puis en regardant des documentaires chocs sur l’industrie agroalimentaire et la traite des animaux en particulier (en commençant par Earthlings : le plus percutant, puis Le Jugement, et Cowspiracy… pour ne citer qu’eux) j’ai pris conscience que je ne voulais pas prendre part à ce système.
J’aurais pu continuer à manger de la viande provenant d’animaux ayant vécu à l’état sauvage, comme le sanglier… mais j’ai décidé de suivre mon ressenti, de me faire confiance.
Seul avec ma conscience, et avec comme réponse qui me convenait la mieux «si je veux subvenir à mes propres besoins alimentaires, je dois tuer moi-même l’animal pour le mettre dans mon assiette. Et je ne m’en sens pas capable, donc… végétarien».

À vous de trouver VOTRE réponse.

Pour ceux-celles qui se brident face aux jugement des autres :

Une fois fermement convaincu par votre choix, il y a l’épreuve de l’entourage et du regard de l’autre :
«Comment faire comprendre à mon entourage que j’ai décidé de devenir végétarien-ne ?
Comment assumer que je suis végétarien-ne avec des personnes qui ne l’envisagent même pas ?»

Dans la pratique, les premiers temps peuvent être compliqués, notamment au sein d’un entourage bien en accord avec la «culture culinaire française», dans ce cas de figure affirmer être végétarien-ne s’avère parfois ardu surtout si vous vous souciez trop du regard de l’autre.

«La cause des animaux passe avant le souci de me ridiculiser.» Emile Zola

À l’époque j’y accordais moi-même trop d’importance à ce regard : j’ai commencé à manger du végétal, seul, ou avec des amis ouverts sur le sujet… tranquille.
Mais lorsque j’allais manger chez quelqu’un, la plupart du temps je n’assumais pas vraiment – le fameux jugement, le sentiment de passer pour différent – et donc j’acceptais ce qu’on me mettait dans l’assiette sans sourciller, ou en feignant de ne pas avoir faim pour ne pas manger de viande. C’était une parade.

Vous en viendrez peut-être à ce genre de stratagème, mais avec le temps et la rencontre d’autres végétariens vous oserez affirmer à vos proches que vous ne mangez plus de viande. Soyez honnête en exprimant clairement votre choix, et vous vous sentirez en accord avec vous-même et vos convictions.

Même si parfois celles-ci seront accompagnées de galéjades du type «ça y est, tu manges des graines comme les poules», «n’importe quoi, un homme ça mange de la viande»… gardez le sourire et rassurez vos proches s’ils s’inquiètent que vous tombiez malade, vous ne le serez pas plus qu’avant 🙂

Attention à ne pas tomber dans l’extrême aussi. Par expérience il est facile de se dire que l’on a raison d’être végétarien et que tou-te-s ceux-celles qui ne le sont pas devraient l’être. Ce qui marche dans un sens, marche aussi dans l’autre.

Une «autre mouvance», le flexitarisme, peut être une solution intermédiaire, avec plus de souplesse et de confort dès lors que c’est un choix voulu et non subi.
Il s’agit d’avoir une alimentation végétarienne de manière général, et lorsqu’on mange chez quelqu’un d’accepter ce qui nous est préparé, ou de temps en temps d’acheter de la viande local d’un animal qui a bien vécu.
Depuis que je suis végétarien il m’est arrivé de goûter quelques fois des plats avec de la viande… pour le plaisir de mon hôte et par curiosité.

Ce n’est ni bien, ni mal… c’est conscient.

Le principal bénéfice lié à ce régime, au regard de mon expérience personnelle, la digestion ! Plus légère, donc une baisse d’énergie moins importante après les repas…
Il y a la découverte de nouveaux aliments aussi.
Si vous vous lancez dans un régime alimentaire sans viande, et surtout pour les futurs végans (qui veulent éliminer œufs et lait aussi), votre panel d’aliments comestibles va s’élargir, c’est certain. Et c’est mieux pour avoir une alimentation équilibrée, car même s’il est facile de trouver ce qu’apporte la chair animale dans le végétal, ce n’est pas en ne mangeant que des frites que vous en aurez des bienfaits.

Quelques pistes utiles  :
– pour les protéines, pas de soucis : en faisant les bonnes associations (par exemple céréales + légumineuses et/ou noix), le tofu, les algues (qui coûtent assez cher… sauf si on la produit soi-même),… l’apport protéique est suffisant, pas de perte de muscles. Et pour se rassurer définitivement voici une liste de sportifs célèbres végétariens
– pour la vitamine B12 : apparemment le risque de carence n’apparaît qu’à partir d’un certain âge, dans le doute il y a les compléments alimentaires ou les aliments enrichis (plus d’infos ici)
– pour le fer : il se trouve dans ne nombreux végétaux, et particulièrement les céréales complètes, l’associer à la vitamine C améliorerait son absorption
– pour le calcium : il ne se trouve pas que dans le lait (d’ailleurs certaines études réfutent son apport bénéfique), il y en a dans de nombreux légumes, épices et noix.

Pour aller plus loin, faîtes un tour sur le site de l’Association Végétarienne de France

Pour finir, en voyage si vous souhaitez vraiment vous tenir à ce régime, renseignez-vous sur les plats traditionnels végétariens avant, et demandez au moindre doute la composition exacte des plats. Dans certaines régions (France comprise) où le végétarisme n’est pas courant, si vous demandez un plat végétarien on peut vous amener une préparation avec du poisson…

En espérant vous avoir inspirer / rassurer / motiver à aller au bout de votre démarche 🙂

N’hésitez pas à réagir, et à partager votre expérience et vos conseils !

Retour au début de l’article

7 réflexions au sujet de « Pour vous qui êtes Attiré par le Végétarisme ! »

  1. Excellent cet article !
    Il n’est pas orienté à nous faire devenir végétarien, mais à nous « trouver » sur notre mode de consommation… avec cette alternative qu’offre le végétarisme., et ce, sans jugement…

    Trop bon, continue comme ça 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *