Créer un Collectif de Récup’ Alimentaire chez Soi


Chaque année en France 1,3 millions de tonnes de nourriture encore consommable gaspillée (source : www.planetoscope.com + www.nouvelobs.com)… voilà ce qui nous a motivé, avec quatre acolytes puis de nombreux autres ensuite, à récupérer les invendus et invendables à Nîmes, avec comme cible les magasins bio exclusivement.

L’idée est partie d’une amie qui nous a présentée sa vision : “et si on demandait directement aux magasins de nous donner leurs invendus au lieu d’aller les chercher en catimini dans leurs poubelles ? Mais seulement les magasins bio, histoire d’avoir des aliments plus sains”.
Aucune hésitation, tout le monde était partant.

Nous nous sommes mis d’accord sur ce que nous voulions et ce que nous ne voulions pas.

L’union donnant du courage, nous sommes partis à Satoriz, et avons vu un responsable pour lui exposer notre pitch : “nous sommes un collectif qui avons à cœur de récupérer les invendus et invendables de votre magasin, pour éviter le gaspillage, pour nourrir des gens en priorité, puis les animaux, ou pour amender la terre via le compostage”.

Le responsable s’est montré réceptif, et a été d’accord. Bien sûr pour lui il faut qu’il n’y ait aucune perte de temps, ni travail supplémentaire. Alors nous convenons de passer tous les jours à la même heure derrière le magasin pour prendre les cagettes de fruits et légumes surtout, et parfois de produits frais et secs, quelque soit l’état des produits et la quantité. Bueno !

Nous avons commencé notre glanage le lendemain, nous sommes allés voir la Biocoop et d’autres ensuite.

Pour la partie tri et partage nous allons trier à tour de rôle chez les membres du collectif pouvant composter dans leur jardin.
En général la moitié des produits va pour les animaux (poules, chevaux, chiens, tortues…) et le compost.
L’autre moitié nous nourrit, et quelle nourriture ! Des fruits et légumes bio, gratuits, mûres à point, que nous cuisinons assez vite.

Autant vous dire que le collectif s’est vite agrandit, et c’est une chance, car cette abondance de nourriture invendable demande une bonne organisation et des gens motivés et disponibles.

Nous avons créé un groupe sur facebook où chacun.e marque ses disponibilités dans un tableau hebdomadaire en fonction de s’il peut aller chercher dans tel magasin, ou aider au tri.
Puis chaque jour les présents se partagent la récup’ selon leurs besoins.

Lors d’événements alternatifs, comme la Fête de la Transition, nous tenons un stand pour recruter des gens et partager notre vision.

L’été est la période la plus délicate, car une partie du collectif part en vacances, et les invendus sont plus nombreux et plus sujets à pourrir avec la chaleur.

Mais voilà le Collectif de Récup’ Anti Gaspi de Nîmes est toujours bien actif après quatre années !

Et vous, vous êtes motivé.es pour créer un collectif anti gaspi dans votre ville ?!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.